Une estampe japonaise d’Utamaro (EJ-08)

Objet documenté et évalué.
Il s’agit très certainement d’une estampe originale. Nous allons voir pourquoi.

Le propriétaire nous dit qu’elle lui vient de son arrière-grand-père.
La demande concernant cet objet : Pouvez vous le documenter ?

Vous pouvez laisser un commentaire (ci-dessous) ou poser une question en écrivant à  contact@prodezarts.com
Dans un e-mail, rappelez, s’il vous plait, le n° de référence de l’estampe : EJ-08

Une estampe d’UTAMARO

Cette estampe a été documentée et évaluée :

Une estampe d’Utamaro (1753-1806), nom de famille Kitagawa

Signature près du bord droit au milieu de l’estampe : Utamaro hitsu (du pinceau d’Utamaro)
Marque de l’éditeur sous la signature : Yamaguchi-ya Tôbei

Concernant cette estampe, la question est de savoir si elle est originale ou si c’est une réédition.

Une réédition est une estampe japonaise réalisée au Japon selon le procédé artisanal traditionnel, à une période postérieure à la mort de l’artiste.
Les bois, un par couleur, ont été regravés par un artisan graveur en prenant pour modèle une estampe originale et non plus le dessin fait par l’artiste.

Des informations sur la technique de réalisation d’une l’estampe dans la fiche d’une réédition d’Hiroshige (N°EJ-2).

Avoir un avis ferme sur ce sujet est plus difficile à partir d’une photographie, même excellente comme c’est le cas ici.
Elle provient de l’arrière-grand-père de son propriétaire actuel mais ce n’est pas un indice probant car si on remonte 4 générations en arrière, on est dans les années 1900, époque à laquelle les estampes étaient largement reproduites pour le marché occidental, européen principalement et français plus particulièrement.

Ce que nous prenons principalement en considération d’après la photographie est la manière dont le papier a vieilli.
Le papier porte le poids des ans avec ses rides, plis, salissures, le léger jaunissement uniforme, ses petits manques, la tonalité claire des couleurs. Tous ses éléments concourent à indiquer que l’estampe est plus ancienne qu’une réédition, même une des premières réalisée au Japon dans les années 1880.

Il est possible qu’elle soit doublée d’une fine épaisseur de papier végétal, ce qui lui a permis de lui faire traverser les siècles sans dommages supplémentaires car le papier des estampes antérieures au XXème siècle est très fin et en vieillissant il devient aussi souple qu’un tissu. Ce doublage a d’ailleurs aussi comblé des manques, notamment celui du coin supérieur gauche.

Nous pensons donc qu’il s’agit là d’un original que l’on pourrait dater entre 1780 et 1800.

Pour lever le doute, le propriétaire pourrait ne pas hésiter à mettre l’estampe entre les mains d’un expert en estampes japonaises pour s’assurer qu’elle est vraiment originale, car nous ne pouvons pas l’affirmer de façon certaine.
Beaucoup de sites proposent des expertises gratuites sur photographie mais nous doutons qu’en matière d’estampes japonaises, le résultat soit concluant.

Quel est l’intérêt de payer la prestation d’un expert ?

L’expert va aussi évaluer l’estampe. Sa rémunération sera un pourcentage du montant estimé, souvent entre 3% et 5%
Si l’estampe est une réédition postérieure à la mort de l’artiste, le propriétaire le saura pour le prix d’un café. Si l’estampe est un tirage original, les honoraires de l’expert seront certes plus élevés mais le propriétaire saura de manière sûre qu’il possède un objet de valeur.

Notre estimation sur photographie :

S’il s’agit d’une réédition : 40 € – 50 €
S’il s’agit d’un original : 700 € à 1000 € selon le lieu de vente
(Internet, galerie, vente aux enchères)

Le sujet est charmant et Utamaro est un des artistes de l’estampe les plus recherchés des collectionneurs. Seul son état assez moyen l’empêche, de prétendre, hélas, à un prix plus élevé.

© Prodezarts.com

Voir : Prodezarts, comment ça marche ?