Un vase signé Gallé (signature à l’étoile) (CE-09)

Objet documenté et évalué

Informations données par le propriétaire :
Vase ébréché en haut et fissuré à la base
Hauteur : 60 cm environ

Vous pouvez laisser un commentaire (ci-dessous) ou poser une question en écrivant à contact@prodezarts.com
Dans un e-mail, rappelez, s’il vous plait, le n° de référence de l’estampe : CE-09

Un vase signé « Gallé », avec signature à l’étoile
Un vase signé « Gallé », la signature à l’étoile
Un vase signé « Gallé », avec signature à l’étoile
Un vase signé « Gallé », avec signature à l’étoile

Contribution de G.B. collectionneur d’objets en verre d’Emile Gallé :

Description
Important vase multicouche de forme tubulaire à large base bulbée, à décor de branches de gui, gravé à l’acide.

Une couche de verre vert a été déposée sur un fond de verre rosé transparent. Le décor de branche de gui a été dégagé en plongeant le vase dans un bain d’acide pour une gravure dite « en camée ».

Certaines parties du vase semblent avoir été gravées à la roue pour donner un relief granuleux.

Datation

La signature à l’étoile est gravée à la roue.
La marque « Gallé » accompagnée d’une étoile est visible sur les objets à partir de 1904. Elle le restera jusqu’en 1906 de façon systématique puis sera utilisée très rarement jusqu’en 1914.
On parle plutôt d’une marque des établissements Gallé car Emile Gallé est décédé en 1904. Le terme de signature est donc impropre.

On peut ainsi dater ce vase de façon quasi-certaine entre 1904 et 1906.

Estimation

Etant donné la dimension importante de ce vase, il pourrait être estimé vers 1000€ – 1200€ mais les accidents qu’il a subi (ébréché en haut, fêlé à la base) font baisser cette estimation autour de 500€ – 600€.

Rappelons la technique de réalisation :

Les motifs de ce vase sont réalisés par gravure à l’acide sur du verre multicouche.

  • Le verre est d’abord soufflé dans un moule.
    Contrairement à ce qu’on entend parfois, la production d’Emile Gallé n’est composée que de verre soufflé ou soufflé-moulé et PAS de pâte de verre.
  • La gravure à l’acide :
    1) On a superposé plusieurs couches de verre de couleurs différentes.
    Les couches de couleurs sont soufflées l’une après l’autre (si 3 couleurs, les 3 couches sont soufflées).
    2) Puis on dessine le motif (des branches de gui ici) avec du vernis à base de bitume de Judée sur la couche supérieure.
    3) On trempe ensuite l’objet dans un bain d‘acide fluorhydrique. L’acide attaque ce qui n’est pas protégé par le bitume de Judée donc le motif reste dans une couleur et le fond est de la couleur sous-jacente que l’acide a mis à jour.

Voir aussi l’article « Qu’achète-t-on quand on achète un vase Gallé ? »

© Prodezarts.com

Voir : Prodezarts, comment ça marche ?